Le bus 71 plus rapide et plus régulier grâce aux nouveaux aménagements

Plusieurs aménagements ont été réalisés sur la ligne 71 depuis 2016. À l’heure du bilan, les dernières analyses témoignent d’un gain allant jusqu’à 7 minutes en heure de pointe. Outre cette amélioration du temps de parcours, la ligne de bus la plus fréquentée du réseau de la STIB a gagné en régularité, au bénéfice des voyageurs, mais aussi des entreprises et commerces qu’elle dessert.

La ligne de bus 71 est la plus importante ligne du réseau de bus. Chaque jour, quelque 20 000 trajets sont réalisés à son bord. Au cours des cinq dernières années, la ligne a connu de nombreuses adaptations des aménagements sur son parcours afin d’améliorer ses performances. Ces adaptations forment un ensemble qui avait été étudié dans le cadre du projet de tram 71 et qui ont été mises en œuvre au profit du bus à l’initiative de la Région et en collaboration avec les communes concernées. Des aménagements ont été réalisés avenue de l’Hippodrome et avenue Buyl, des sites propres ont été créés boulevard du Régent entre Trône et Porte de Namur, rue Ravenstein et rue du Fossé aux Loups entre Arenberg et De Brouckère. La chaussée d’Ixelles, auparavant sujette aux embarras de circulation, a été intégralement réaménagée à partir de 2016 pour en faire une zone piétonne uniquement accessible aux bus en journée.

Le dernier aménagement en date est la création d’un contresens au niveau du pont Fraiteur, entre les arrêts Fraiteur et Cimetière d’Ixelles. À lui seul, cet aménagement a permis au bus de réaliser un gain de vitesse commerciale de 1,5 km/h en moyenne. L’avantage principal de ces réalisations est que les bus respectent mieux leur horaire, là où ils étaient auparavant pris dans le trafic et accusaient des retards dès le début de leur trajet, ce qui se faisait ressentir sur l’ensemble du parcours.

Plus rapide en heure de pointe

En heure de pointe le matin, les passagers du bus 71 gagnent 3 minutes vers Delta et 7 minutes vers De Brouckère par rapport au même trajet effectué en 2016. Le soir, à l’heure de pointe, la tendance s’inverse avec un gain de 2 minutes vers De Brouckère et de 5 minutes vers Delta. Cette différence s’explique du fait qu’il y a plus d’embouteillages vers le centre en matinée et vers faubourgs le soir. Les nouveaux aménagements mis en place pour préserver le bus 71 des embarras de circulation montrent particulièrement leur efficacité aux heures de pointe, où le bus est le plus impacté par le trafic. De plus, l’heure de pointe du matin est plus concentrée (entre 8 heures et 9 heures) que la pointe du soir, qui s’étale sur plusieurs heures (entre 16 heures et 19 heures).

Une meilleure vitesse commerciale et plus de régularité

Outre sa vitesse commerciale, la ligne 71 a également vu sa régularité améliorée. Les bus pouvaient accumuler des retards de 10 à 15 minutes, voire plus en heure de pointe. Ils arrivaient ensuite par trois voire quatre au même arrêt. Grâce aux aménagements réalisés, les bus sont aujourd’hui beaucoup moins tributaires de la circulation automobile, avec pour résultat une bien meilleure fiabilité des horaires et des temps de parcours annoncés. En d’autres termes, le temps de trajet est beaucoup plus prévisible et les bus arrivent à intervalles beaucoup plus réguliers aux arrêts.

Une histoire à suivre

Non seulement le contexte urbain joue un rôle dans cette analyse de performance, mais d’autres facteurs externes peuvent aussi avoir une influence sur les résultats, comme l’instauration de la ville 30 ou l’allongement de la boucle du terminus à De Brouckère. Le contexte de crise sanitaire a lui aussi entrainé des modifications des habitudes de déplacements. Il est dès lors important de continuer à mesurer les performances de la ligne sur le long terme.

La ligne 71 est la ligne de bus la plus fréquentée du réseau. Grâce à l’amélioration de sa régularité, il est à présent possible d’envisager une hausse de fréquence. Les utilisateurs du bus 71 bénéficient actuellement d’un bus toutes les 5 minutes. Des tests sont en cours, afin d’analyser les impacts et les défis qu’entrainerait une exploitation avec un intervalle plus court.

Story image
Story image

 

 

A propos de La STIB

La Société des Transports Intercommunaux de Bruxelles (STIB) est la première compagnie belge de transports publics urbains. Elle dessert les 19 communes de la Région de Bruxelles-Capitale ainsi que 11 communes de la périphérie. Elle couvre ainsi une superficie de 241,5 km². Cette société assure les déplacements d’une population de plus de 1 100 000 habitants, auxquels viennent s’ajouter des milliers de navetteurs. Le réseau de la STIB compte 4 lignes de métro, 17 lignes de tram, 54 lignes de bus et 11 lignes de bus de nuit. 

La STIB
76, rue Royale
1000 Bruxelles