Skip to Content

Un 3e dépôt pour les métros de la STIB

La STIB compte désormais 3 dépôts de métro répartis dans Bruxelles. Le nouveau dépôt Erasme, situé à l’arrière de la station du même nom, est un dépôt souterrain. Sa construction a démarré en 2017. Il  accueille depuis peu ses premières rames de métro.

Pour augmenter les fréquences des lignes de métro existantes et anticiper la mise en service de la future ligne de métro 3, la STIB a besoin de nouvelles rames. Une augmentation du parc qui nécessite d’étendre les capacités d’entreposage et d’entretien des véhicules. La STIB a construit un nouveau dépôt de métro à l’ouest  de Bruxelles, le dépôt Erasme. Il permet d’entreposer 23 rames de métro et d’effectuer l’entretien de 7 rames.

Delta, Jacques Brel et aujourd’hui Erasme

La STIB comptait jusqu’il y a peu deux dépôts de métro, situés à Auderghem (Delta) et Anderlecht (Jacques Brel). Ils abritent ensemble jusqu’à 66 rames de métro, soit la totalité des rames MX et M6 de la STIB. Ils n’ont cependant pas la capacité suffisante pour accueillir les nouvelles rames M7, commandées par la STIB et déjà en cours de livraison.

Un dépôt souterrain

La construction du nouveau dépôt Erasme a débuté en 2017. Situé à quelques centaines de mètres de la station de métro du même nom, terminus de la ligne 5, il est presqu’intégralement souterrain. Il est principalement construit sous le Boulevard Henri Simonet. Seul le bâtiment administratif est visible en surface.

Long de 900 m, le nouveau dépôt permet d’entreposer 23 rames de métro et d’assurer l’entretien de 7 autres.

La partie atelier comprend toutes les installations de maintenance nécessaires à l’entretien des rames de métro : deux fosses de travail, un stand de levage, trois passerelles, un metrowash et une fosse permettant le nettoyage de la partie inférieure des rames. En plus pour la maintenance, deux ponts roulants de 110 m de long ont été installés. Deux nettoyeurs haute pression à eau chaude, une aspiration centralisée et un monte-charge qui permet de déplacer 10 tonnes complètent le dispositif.

Une voie d’essai pour les métros, d’un kilomètre, doit encore être aménagée à côté du dépôt, le long de la ligne de chemin de fer d’Infrabel. Elle servira aux tests des métros à l’entretien et à leur vérification avant remise en service après une opération de maintenance.

La construction du dépôt Erasme a été réalisée par la STIB sur des terrains acquis par Bruxelles Mobilité. Cette dernière a pris en charge le réaménagement complet du boulevard Henri Simonet.

Un projet exceptionnel, un défi de taille

« La construction du dépôt Erasme a constitué un vrai défi », explique Pascal Tielemans, senior project manager responsable de la construction du dépôt. « Les différents intervenants et exploitants impliqués dans le projet avaient des besoins et contraintes différents, il a donc fallu maîtriser la complexité du système, trouver un équilibre entre les besoins de chacun et arriver à faire collaborer tout le monde. Je suis très fier du travail réalisé par toutes ces équipes. »

Le chantier est impressionnant, les chiffres parlent d’eux-mêmes :

  • une surface au sol de plus de 30.000 m², dont 99% en souterrain, avec des techniques de construction spécifiques
  • des fondations réalisées depuis le boulevard jusqu’à 30 m de profondeur.
  • 340 colonnes placées
  • 400.000 m³ de terres excavées
  • 168.000 m³ de béton coulé sur place
  • 111 km de câbles basse tension
  • 13 km de tuyaux de lutte incendie

L’exploit est également d’avoir pu maintenir la circulation en surface pendant toute la durée du chantier.

La construction du dépôt s’est effectuée en 2 phases. Les parois et colonnes ont été réalisées, d’abord d’un côté puis de l’autre, afin que la circulation automobile puisse toujours se faire le long du boulevard. Ce n’est qu’une fois la dalle de toiture posée que les travaux d’excavation ont commencé, sous cette dalle de toiture, ce qui a permis à la circulation de reprendre sur toute la largeur du boulevard .

L’environnement au cœur du projet

L’aspect environnemental, écologique et durable a également été pris en compte lors de la conception et la construction de ce dépôt.

Le bâtiment en surface est en harmonie avec les constructions environnantes. L’impact énergétique a été un élément essentiel lors de la construction du dépôt. L’environnement de travail du personnel n’a pas été oublié, avec notamment la création d’un puits de lumière naturelle dans le dépôt.

Le dépôt Erasme a d’ailleurs obtenu la certification BREEAM Design Stage (Building Research Establishment Environmental Assessment Method), norme internationale qui évalue l’impact environnemental d’un bâtiment.  Parmi les éléments retenus en faveur du nouveau dépôt : la gestion des déchets, la mise en place de panneaux photovoltaïques, les puits de géothermie (qui permettent d’aller chercher la chaleur ou la fraîcheur dans le sol et de la transmettre ensuite au dépôt), la récupération de l’eau de pluie pour le metrowash (seulement 20% d’eau propre utilisée), le recyclage de l’eau utilisée pour le nettoyage des rames et des bacs à plantes pour pouvoir récupérer une eau de pluie sans des petites particules.

Des arbres, pelouses et haies vont également être plantés aux abords du site.

Le dépôt aujourd’hui et demain

Actuellement, six rames sont remisées la nuit dans le dépôt. La partie atelier de maintenance a été mise en exploitation en juin dernier pour vérifier la fiabilité des équipements.

D’ici l’automne, 8 autres véhicules auront élu domicile au dépôt Erasme qui, à terme, en accueillera 23 en remisage et 7 en entretien simultané.  

Actuellement, les rames remisées au dépôt sont des rames de type M6, mais à terme, tout le dépôt n’abritera que les nouvelles rames M7. Le dépôt a d’ailleurs été conçu pour pouvoir accueillir des rames automatiques dans le futur.

Les tout derniers travaux se terminent : l’aménagement des abords et le déploiement de certaines applications informatiques. La construction de la voie d’essai pour nos métros débutera fin 2021 pour une mise en service fin 2023.

« Impressionnant ! Une cathédrale souterraine ! Telles étaient les réactions des visiteurs qui découvraient le dépôt. Et c’est vrai, c’est un ouvrage exceptionnel, d’une complexité inimaginable. C’est une réelle fierté pour moi de voir aujourd’hui ce nouveau dépôt en service. Un pas de plus vers le réseau de métro de demain », se réjouit Brieuc de Meeûs, CEO de la STIB.

Le nouveau dépôt Erasme est une étape importante pour le métro bruxellois. Il va permettre, en augmentant la capacité de stockage des rames, d'augmenter dès l’automne la fréquence des lignes de métro 2-6 à un métro toutes les 2 minutes et demie aux heures de pointe. Et dans les prochaines années, la fréquence des lignes 1-5 augmentera aussi. Ce dépôt servira aussi à entreposer les rames qui circuleront dans les années à venir sur la nouvelle ligne de métro 3.

« Grâce à ces investissements massifs dans la STIB, peu à peu, Bruxelles se transforme pour offrir aux Bruxellois(es) et aux visiteurs/euses de Bruxelles des alternatives de mobilité toujours plus efficaces, sûres et confortables », se réjouit Elke Van den Brandt, ministre bruxelloise de la Mobilité.

 

A propos de La STIB

La Société des Transports Intercommunaux de Bruxelles (STIB) est la première compagnie belge de transports publics urbains. Elle dessert les 19 communes de la Région de Bruxelles-Capitale ainsi que 11 communes de la périphérie. Elle couvre ainsi une superficie de 241,5 km². Cette société assure les déplacements d’une population de plus de 1 100 000 habitants, auxquels viennent s’ajouter des milliers de navetteurs. Le réseau de la STIB compte 4 lignes de métro, 17 lignes de tram, 53 lignes de bus et 11 lignes de bus de nuit. En 2020, la STIB a assuré 244,2 millions de déplacements.

La STIB
76, rue Royale
1000 Bruxelles